Selon la dernière étude Interfimo et dans la continuité des bons résultats de 2020, le marché de la transaction d’officines poursuit sur une belle dynamique en 2021.

2021 : une année admirable en terme de chiffres d’affaires

Si 2020 était déjà une année remarquable, 2021 l’est tout autant, voire plus !

Augmentation du chiffre d’affaires et de la rémunération des titulaires, accroissement des marges, hausse des mutations. Les conséquences du covid-19 se font encore ressentir en 2021 et contribuent à amplifier l’attractivité des pharmacies.

Le chiffre d’affaires réalisé par le réseau des pharmacies a augmenté de 6,5%. Il atteint ainsi son plus haut niveau depuis 2000 et 2001.

L’activité a principalement été boostée par la réalisation des tests antigéniques, la vaccination ainsi que la commercialisation des gels hydroalcooliques et des masques.

Elle a également été soutenue par une forte croissance des médicaments coûteux.

Quant à l’automédication qui avait subi une baisse au premier semestre, elle a retrouvé son niveau habituel dans la deuxième partie de l’année.

Une augmentation du taux de marge brute

Subissant un déclin depuis 2018 du fait de l’augmentation des médicaments chers, la marge brute reprend petit à petit du galon.

L’augmentation du chiffre d’affaires s’est ainsi traduite par une amélioration de la marge brute globale. En atteignant 32,2 % (+1 point par rapport à 2020), elle s’affiche à son niveau le plus élevé depuis les années 2000.

Une amélioration de l’excédent brut d’exploitation

En léger déclin entre 2017 et 2020 (-0,5 points), L’EBE retrouve une progression intéressante en affichant un chiffre de 13,2% en 2021. (+0,8 points par rapport à 2020)

Cela s’explique en partie par une évolution moins rapide des charges par rapport à la progression du chiffre d’affaires, celles-ci étant directement liées à la difficulté de nombreuses pharmacies pour recruter.

Le pouvoir d’achat des pharmaciens en hausse

Du côté de la rémunération des titulaires de pharmacie exerçant en SEL, le niveau médian de rémunération est de 60 000 €.

Cette progression de 13% par rapport à 2016 étant supérieure à l’inflation, cela a pour conséquence l’amélioration du pouvoir d’achat des pharmaciens.

En parallèle, Interfimo a relevé une baisse importante des rémunérations de moins de 40 000€ (-12 points par rapport à 2016) tandis que la part des rémunérations entre 40 000 et 70 000 euros a fortement augmenté (46% des titulaires).

Des départs en retraite qui dynamisent le marché

Les départs en retraite étant le principal motif des transactions, l’évolution du vieillissement de la population pharmaceutique continue de soutenir le marché de la transaction d’officines.

Alors que l’âge du départ en retraite s’est stabilisé à 65 ans, de plus en plus d’acteurs confirmés arrêtent leur exercice.

Interfimo a enregistré 1 764 opérations de départ en 2021, soit 100 de plus (+6,4 %) qu’en 2020. En conséquence, entre 2020 et 2021, le nombre de mutations a augmenté de manière significative, passant de 1 503 en 2020 à 1 600 en 2021.

Les types de mutations

INTERFIMO relève que le volume des mutations n’a jamais été aussi important, avec une tendance à la baisse des cessions de fonds au profit des cessions de titres.

Un prix de cession des officines stable

Le prix de vente moyen des officines reste stable à 6,3 (exprimé en multiple de l’EBE).

Il existe néanmoins des disparités en fonction de la taille des officines :

Les officines réalisant un chiffre d’affaires annuel supérieur à 2,4 millions d’euros sont valorisées en moyenne à 7,2 fois l’EBE (en hausse de 6 % par rapport à 2020).

De leur côté, celles réalisant un chiffre d’affaires annuel de moins de 1,2 millions d’euros de CA présentent un multiple inférieur à 5,5.

La taille de l’officine reste ainsi le critère déterminant de sa valorisation : plus le CA est important, plus le prix de vente est élevé.

Les prix de vente des grandes officines ont poursuivi leur hausse, notamment celles situées dans les galeries marchandes, où les prix d’acquisition s’élevaient en moyenne à 7,7 fois leur EBE.

Interfimo est assez confiant car ces bonnes tendances devraient se poursuivre dans les années à venir, grâce à des fondamentaux solides et aux nombreux départs en retraite des titulaires d’officines.

Pour obtenir une analyse complète, vous pouvez télécharger l’étude d’Interfimo sur le prix de cession des pharmacies.

Source : étude Interfimo – prix de cession des pharmacies 2021 – édition 2022

interfimo